Si tout le monde connaît Rethel à travers la France et l’Europe, un autre club a fait parler de lui ces dernières années dans l’hexagone. Quelques parts à deux heures au sud de Paris, pas si loin d’Angers et de Tours, existe un petit club familial construit au départ sur du tarmac, mais qui sans ne jamais oublier d’où il vient, a toujours rêvé d’être grand. Un petit club avec une botte magique à chaque match, son 6e homme. Si sportivement Les Prédateurs de Vierzon n’ont pas toujours fait parler d’eux, tout le monde connaît Vierzon pour son public… Un public de feu, digne de certains virages ultra du Parc des Princes. 

Jouer à l’Entrepose est une expérience unique, car fortement déstabilisant, mais aussi parce que pendant 50 minutes, on se sent comme une star de la NHL. Cette aréna si particulière , qui n’a pas d’équivalent en France, en Europe, et même en Amérique du Nord, a une identité à elle, et sait trembler pour ses Prédateurs !

Après 6 années en étant pensionnaire de la Nationale 1, après être passé très près du titre et de la montée il y a deux ans, après avoir échoué l’an dernier en demi-finale, les vierzonnais ont respecté l’adage, jamais deux sans trois, et la troisième tentative aura été la bonne. Après 21 ans, les Prédateurs réalisent le rêve de ses fondateurs, d’être au plus haut niveau du roller hockey français…

À l’occasion du titre et de cette consécration, on est allé discuter avec Jérémy Ferragu, pur produit de la formation vierzonnaise.

Ligue Elite : alors qu’est-ce que ça fait d’être champion de France ?

Jérémy Ferragu : c’est exceptionnel autant sur l’aspect sportif que sur l’aspect humain. On a accompli un objectif important pour le club ! En fait la médaille et la coupe, c’est important certes, c’est la consécration, mais ce qu’il faut également retenir, c’est l’après
Personnellement, c’est ce qui compte le plus pour moi, les supporters. Ils étaient présents jusqu’au bout de la nuit et on a pu partager ce moment avec eux ! 

On sait d’où on vient et le boulot a été difficile jusqu’ici, mais on est Champion !!

 

L.E : c’est la troisième saison consécutive, où vous faites parties des favoris, est-ce que tu as senti une différence par rapport aux saisons précédentes ? 


J.F : ça n’engage que moi, mais la cohésion était différente cette année. Je pense que cela nous a permis de passer un cap.
Le cadrage de Rodolphe Voyneau, qui est venu apporter son expérience, a également été bénéfique pour le groupe.

 

L.E : est-ce qu’il y avait un mot d’ordre, un objectif clair en début de saison ?

J.F : il n’y avait pas spécialement de mot d’ordre en fait, on avait juste tous le même objectif en tête et une bonne dynamique aux entraînements.

L.E : la saison régulière a été presque parfaite et un sans-faute pour vous, pourtant lors des playoffs, vous vous êtes fait peur à chaque match 1…

J.F : il est vrai que tous les matchs aller des play-offs ont été difficile, mais finalement cela nous a permis de nous remettre en question et de rester concentrer pour aborder les matchs de façon plus sérieuse.

L.E : la saison prochaine vous serez en Élite, qu’est-ce que ça représente pour toi et l’équipe ?

J.F : on va d’abord parler pour l’équipe, et clairement je pense que c’est le rêve de nombreuses équipes et pour nous c’est enfin une réalité, on l’a fait. On peut penser à d’autres choses maintenant.

C’est bien sur une immense joie ! Je ne vous cache pas qu’on a su le fêter comme il se doit. Tous les joueurs font des sacrifices pour ce sport, et récolter la coupe à la fin c’est vraiment la concrétisation d’un magnifique projet. Faut savoir que certains ont commencé sur du béton, il y maintenant presque 20 ans alors que demander de mieux ?

Pour ce qui est du côté personnel, je m’en rendrais compte lorsque que je rentrerais sur le terrain pour le premier match de la saison l’an prochain. J’ai surtout hâte de revoir Baptiste Bouchut (originaire de Vierzon, ndlr) avec qui j’ai commencé ce sport.

Pour finir je veux remercier l’ensemble des personnes présentes et avec qui ce sport et ce club ne seraient rien. Que ce soit les bénévoles, la famille, le staff et les joueurs, je vous remercie, on vous remercie !

On n’est pas champion nous !!

 

RDV l’année prochaine pour assister à des matchs d’anthologies ! Les Rethel contre Vierzon promettent d’être particulièrement animés dans les gradins !

crédit photo: © Olivier Martin