Auteur/autrice : Wissem Jaubert

Jimi Lefranc sera rémois l’an prochain

Jimi Lefranc, c’est un peu comme le Wayne Gretzky du Roller Hockey français. Les statistiques de sa carrière sont plus qu’incroyable. Buteurs hors pairs, il aura joué la majeure partie de sa carrière avec le club de Rethel. Son palmarès plus long que n’importe quel autre joueur français n’en fait rougir qu’un seul… Karl Gabillet.

Après une saison à Epernay, en 2016/2017, le numéro 13 revient dans l’équipe rethéloise avec l’envie de regagner des titres. Pourtant, son arrivée coïncide avec le début d’une ère très particulière pour Rethel. L’ère sans titre de champion de France. Garges, puis Villeneuve se succéderont et ne donneront pas l’opportunité à Jimi Lefranc de remporter un dernier titre avec l’équipe.

Si Jimi n’est plus rethélois, il ne prend pas sa retraite sportive pour autant et rejoindra dès la saison prochaine son frère dans le club des Rapaces de Reims en Nationale 1. Ce club fait depuis quelques années parties de l’Elite de la N1 et reste un prétendant à la montée.
On revient avec lui sur cette transition toute trouvée en 4 questions.

1. Tu annonces ton départ de Rethel, pourquoi maintenant?

Je pense que c’est le bon moment pour moi d’arrêter à Rethel. Il faut savoir s’arrêter à un moment donné sans faire l’année de trop. Je crois avoir déjà poussé au maximum de mes capacités pour rester en Ligue Elite et en même temps, j’ai encore de l’énergie pour continuer à un niveau en dessous.

2. Est-ce que tu regrettes de partir de Rethel sans titre?

Dans l’idéal, j’aurai voulu effectivement finir sur le titre. Malgré la domination en saison régulière, nous n’avons pas concrétisé en playoffs et ça ne s’est encore pas fait cette année. Malgré tout, nous avons quand même la Coupe de France, donc ce n’est pas si grave.

3. Pourquoi pas une vraie retraite sportive? Qu’est-ce que cette saison en N1 va t’apporter?

J’ai toujours eu l’attention de jouer à Reims après Rethel et encore plus depuis que mon frère est dans le club. Après tant d’années à jouer, je ne ne me vois pas m’arrêter définitivement. J’ai toujours l’envie de jouer et de gagner. Ça n’a rien d’une retraite. Je souhaite apporter de l’expérience et j’espère bien être un atout dans le jeu. La N1 reste d’un très bon niveau et on verra année après année.

4. Qu’est-ce que tu retiens de toutes ces saisons à Rethel?

Je retiens beaucoup de souvenirs et de bons moments bien sûr. Le plaisir de jouer et de gagner. Mais surtout la connaissance de beaucoup de personnes devenues des amis. Tous les coéquipiers passés par le club, les supporters toujours présents, les nombreux bénévoles,… tout ce qui fait le club de Rethel.
Merci à eux.

Le palmares de Jimi Lefranc

:
– 10 fois champion de France
– 7 fois champion d’Europe
– 7 fois vainqueur de la coupe de France
:
– Champion d’Europe des nations
– Participation à 10 championnats du monde
– Vice-champion du monde 2008
– Médaillé de bronze 2005
– Vice champion des jeux mondiaux (WORLDS GAMES) 2009
:
– 8 fois meilleur buteur du championnat
– Record de point en 1 saison avec 18 matchs pour 80 points (52 buts/28passes)
– Record de points en 1 match – 15 points (11 buts et 4 passes)
© crédit photo : Black Ghost & Marco Guariglia

MERCATO 2022/2023

Dernière mise à jour fait le, 24 Juin 2022

À chaque fin de saison, le même rituel, celui des arrivées et des départs. Cette saison ne fera pas exception et certains mouvements ont déjà été annoncés dans quelques équipes, certains officiels, d’autres beaucoup moins…

Retrouvez ici un récapitulatif des départs ou arrivées annoncées par les équipes:

Anglet

  • Jakub Cik a annoncé arrêter d’être l’entraîneur-joueur des Artzak. Le tchèque a pris la décision de retourner dans son pays natal.
  • Ange Boitard a été annoncé à Vierzon pour la prochaine saison.

Caen

  • Anthony Marie, l’entraîneur des Conquérants, ne sera plus derrière le banc. Le caennais de toujours a décidé d’arrêter pour aller vers un nouveau chapitre dans sa vie professionnelle.

Grenoble

  • Hugo Rebuffet ne sera plus l’entraîneur des Yeti’s Grenoble. Après 5 saisons derrière le banc, le grenoblois tire sa révérence pour devenir l’adjoint de Geoffroy Tijou en Equipe de France.

RETHEL

  • Ales Chamrad a annoncé quitter le club de Rethel à la fin de cette saison pour retourner chez lui en République tchèque.
  • Jimi Lefranc quitte lui aussi Rethel et ne prend pas encore sa retraite sportive. Il rejoint les Rapaces de Reims en Nationale 1, entrainé et coaché par son frère Terry.

Vierzon

  • Rodolphe Voyneau ne retournera pas derrière le banc vierzonnais suite à cette saison.
  • C’est Aurélien Tricaud qui le remplacera. Suite à sa blessure, Aurélien ne reprendra pas nécessairement le jeu tout de suite et va se concentrer sur le coaching des Prédateurs.
  • Florian Fayault arrête aussi pour raisons professionnelles. Julien Chambre arrête aussi.
  • Pierre-Yvon Gomez, tire sa révérence en tant que président de club. De parking à l’Elite, PY aura tout vu et peut partir fier en laissant son club faire partie de l’élite française.
  • Ange Boitard a été annoncé par les Prédateurs de Vierzon. Après 3 saisons à Anglet, Ange se tourne vers un nouveau challenge.
  • Tom Wennerström est officialisé à Vierzon. Le suédois jouait pour les Bugs de Saint Médard en N1 l’an dernier.

Rumeurs

Ici, les rumeurs de couloir ou de Facebook… à prendre avec des pincettes avant confirmation…

  • Après un retour cette dernière saison dans le club familial, Maxime Langlois devrait retourner en Espagne…
  • Les colombiens qui jouaient à Garges seraient sur le départ.
  • Patrik Sebek à Grenoble est une rumeur qu’on entendu ici et là…
  • David Jancso de Ris-Orangis est mentionné du côté de Rethel…

Villeneuve champion 2022 !

C’est une saison incroyable qui vient de s’achever ce dimanche 5 Juin à Villeneuve-la-Garenne. Après 18 matchs de saison régulière, et 9 matchs de playoffs d’une intensité sans commune mesure, les Fous du Bitume remportent le titre 2022 de la Ligue Elite !

En battant Grenoble dans le troisième match ce dimanche, Vileneuve remporte le deuxième titre de son histoire et en raison du covid, son deuxième titre consécutif. Après une saison, difficile, remplis d’inattendue à tous les niveaux, les hommes de Guillaume Sillies sont allés chercher, ce qui est sans doute de loin le plus beau titre de l’histoire de la Ligue Elite ! Karl Gabillet, déjà légende de notre sport, s’est illustré une fois de plus avec une performance exceptionnelle du numéro 5. Le tourangeau, inscrit un incroyable 25 points en 9 matchs, et a littéralement porté son équipe avec Daniel Brabec et Alexandre Naud. Il est sans conteste, le MVP de ces playoffs 2022.

Grenoble n’est pas parvenu à aller chercher une deuxième victoire consécutive sur ce qui était le dernier match de Hugo Rebuffet sous les couleurs grenobloise. L’ancien portier français quitte le navire des Yeti’s la tête haute avec un titre de vice-champion de France, et se dirige vers ses prochains challenge. Promu adjoint de l’équipe de France aux côtés de Geoffroy Tijou, il continuera aussi de s’occuper du CPE, le centre de formation permanent Roller Hockey de la Ligue AURA.

 

Un article plus important viendra complété celui-ci avec interviews des joueurs clés de cette finale !

Villeneuve et Grenoble en finale

Le FDB a terrassé le diable, alors que les yétis ont vaincu contre les ours. Pour les deux équipes, il aura fallu un match 3 pour écrire cette page de l’histoire. C’est de loin l’une des affiches les plus improbable de cette saison, et aucun n’aurait parié sur celle-ci et et surtout après un week-end incroyable !

Match 2

Samedi soir, les matchs 2 avaient lieu sur les terres des équipes les mieux classées. À la Pignada pour Anglet et à Chausson pour Rethel. Les deux matchs auront été à la hauteur des Playoffs. Des matchs serrés et gagnés avec difficulté.

Villeneuve avait très bien commencé et par deux fois pris les commandes du match contre Rethel. Mais par deux fois aussi, les hommes de Patrik Sebek ont eu la capacité à répondre pour égaliser et tout de suite prendre le commandement du match pour ne jamais le perdre. Marek Loskot inscrit son seul but sur le 3e but de Rethel qui en deviendra le but vainqueur. La seconde période ne verra que Patrick Sebek inscrire un autre point pour Rethel. Cette seconde période sera notamment animé sur le banc des pénalités pour Rethel, sans que Villeneuve puisse en profiter.

À Anglet, les Yeti’s et Artzak ont joué un scénario assez proche du match 1, mais pour différence que c’est Anglet qui a pris le dessus assez tôt dans le match. En seconde période, Grenoble reprend l’avantage pour le perdre à 8 minutes de la fin du match. Joan Kerkhove parvient à égaliser à moins de 2 minutes de la fin du match pour ensuite voir Ange Boitard inscrire le but de la victoire à 30 secondes du buzzer final. Un finish incroyable pour une dernière chance !

Match 3

Les matchs du dimanche sont toujours signe de match serrés et de playoffs. Et ce dimanche, l’histoire s’est répétée, mais cette fois-ci ce sont les deux équipes non-favorites, qui ont écrit l’histoire !

Dans un match à sens unique, les grenoblois ont donné leur maximum pour obtenir leur deuxième finale de leur histoire. Joan Kerkhove inscrit un coup du chapeau, et le jeune Timo Lefebvre un blanchissage qui arrive à point nommé. Après avoir permis à son équipe de gagner contre Rethel, Timo donne à son équipe le match de délivrance.

Pour Anglet, c’est la désolation. Après une première partie de saison parfaite et une seconde partie de saison dans le contrôle, cette deuxième place au championnat, était la preuve que cette équipe était capable d’aller loin, mais pour le moment pas plus loin qu’une demi-finale.

On aimerait dire que c’est un exploit pour Grenoble, mais cette équipe avait tous les outils nécessaires pour réussir. La saison très difficile que le club a vécu, notamment en début de saison, leur a donné cette force supplémentaire et c’est finalement pas tant une surprise que ça, de les voir en finale.

À la Halle Chausson, il y avait une ambiance très particulière et tendue. Un match à couperet rare dans une saison de Ligue Elite pour Rethel. Du côté de Villeneuve une confiance incroyable règne entre les joueurs et ça s’est senti dès le départ. En effet, dès le début du match Karl Gabillet inscrit un but à la 40e seconde pour donner l’avantage aux Fous. Mais Rethel répond très vite à la 4e minute de jeu. Des deux côtés, le match est tendu, mais les gardiens tchèques font le boulot. Après 25 minutes de jeu, les deux équipes retournent aux vestiaires avec une égalité parfaite à 1 but. En seconde, Karl Gabillet inscrit son second, égalisé quelques minutes plus tard par Ales Chamrad. Le match se repose malgré une succession de pénalités appelés des deux côtés. C’est dans les 6 dernières minutes de jeu, que Villeneuve hausse le ton, et inscrit 3 buts en l’espace de 2 minutes 12. Une explosion de but à laquelle Rethel ne répondra qu’une fois par le biais de Petr Skoloud. Une victoire dure à aller chercher pour Villeneuve, mais qui leur tendait les bras. Si Karl Gabillet répond une fois de plus présent, le gardien Daniel Brabec, montre de nouveau qu’il est le meilleur de la Ligue Elite.

Samedi prochain, une finale inattendue nous attend. Villeneuve contre Grenoble. Karl Gabillet contre Julien Thomas. Les deux auront participé à presque toutes les finales depuis l’introduction des playoffs en 2011.Habitué des finales aussi, c’est Rethel. Le club des Ardennes ne participera pas à cette finale et restera donc avec une disette de 3 saisons sans gagner le championnat pour la deuxième fois de son histoire. Il faut aussi remonter à 2013 pour voir une finale sans Rethel. Un fait incroyable et une affiche collector, qui sera sans doute l’une des plus belles finales de l’histoire de la Ligue Elite.

 

© crédit photo: Black Ghost

Des demi-finales surprises !

Villeneuve contre Rethel, Anglet contre Grenoble, le 4e contre le 1e, le 2e contre le 6e…. Un scénario peu pensable et probable à l’entame de ces playoffs et pourtant c’est bien les affiches que nous avons eu pour ce samedi !

L’étonnement va encore plus loin, puisque Grenoble est allé gagner son match contre Anglet et Villeneuve a surpris Rethel dans un match fou et une seconde période incroyable de Karl Gabillet. Ce dernier inscrit 4 buts dont 3 en seconde période. Une nouvelle performance grandiose du capitaine de l’Equipe de France, qui après avoir tiré son équipe jusqu’à cette 4e place du championnat, tire les siens une fois de plus.

L’autre héros du jour, est Daniel Brabec, qui semble être revenu à son plus haut niveau. Depuis quelques temps, Daniel a montré qu’il était bien dur de marquer contre lui, ou bien qu’il était l’homme de confiance dans les moments dur, où la victoire ne se joue à pas grand chose. Pour Rethel c’est une nouvelle déconvenue. Après avoir eu du mal contre Angers lors du second match de leur série de quarts de finale, Rethel perd ce match. Une fois encore, une équipe montre qu’il est possible de battre Rethel.

 

À Voiron, au Tremplin Sport Formation, (la Halle Clémenceau n’étant pas disponible), Grenoble a été cherché une victoire d’équipe. Après avoir mené 3-0 assez vite dans le match, les Yeti’s ont vu leur avance fondre jusqu’à une égalisation parfaite en début de deuxième période, puis quelques minutes plus tard, c’est Benoît Ladonne qui a donné le seul lead des angloyes dans ce match. En fin de période, le match c’est intensifié, mais c’est Sébastien Pasquier et les Artzaks qui ont craqué.

 

La victoire de Grenoble, ainsi que celle de Villeneuve rende dette saison étonnante à tous les points et promet des matchs retours intenses.

 

© crédit photo: Philippe Durbet

Grenoble et Villeneuve avancent !

Cette saison continue de nous surprendre avec des surprises à tous les niveaux. Rethel est passé en deux matchs, mais c’est fait peur en laissant Angers prendre la confiance ! À l’inverse, Caen et Vierzon n’ont pas su retourner la situation à leur avantage.

 

Fin de parcours pour Vierzon et Caen !

Les Conquérants finissent leur saison bien plus tôt et bien loin des espérances. La finale de Carpentier est toujours dans les mémoires, et l’envie d’une revanche en finale du championnat Elite aussi. Pourtant depuis le break Carpentier, les Conquérants ne sont jamais revenus à leur niveau. De son côté Villeneuve est monté en puissance au fur et à mesure de cette deuxième partie de saison. Dans deux matchs tendus, Villeneuve a fait le maximum pour gagner ses deux matchs. Lors de ce match 2, Caen n’a pas été capable de prendre la mesure du match et s’est fait détruire par cette équipe majoritairement mené par Karl Gabillet. Le dimanche, les spectateurs présent ont pu assister à l’un des plus beaux matchs de la saison. Tendu jusqu’au bout, tout s’est joué avec un but victorieux en prolongation inscrit par Karl Gabillet ému.

Grenoble a fait de même et est allé chercher deux victoires à l’Entrepose contre une équipe de Vierzon qui a étonné toute la saison. Réalisé une bonne saison est une chose, confirmé en playoffs en est une autre et Vierzon échoue sur la première marche de ces playoffs. On l’avait senti dès le premier match à Voiron, où Grenoble semblait au-dessus pendant tout le match. Chose confirmé à Vierzon, où cette fois-ci les Yeti’s se sont donnés les breaks nécessaire pour confirmer ces victoires qui leur tendaient les bras.

 

Rethel et Anglet se sont qualifiés, et Anglet est clairement l’équipe qui a eu le moins de difficulté. Leur deuxième match se solde par un un grandiose 9-1 contre Garges. Pour Garges c’est la fin d’un parcours moins compliqué que les saisons précédentes, et une équipe qui prend en maturité et qui aura sans doute péché par un manque cruel d’efficacité aux cages. À Rethel, l’envie de marquer est là, l’envie de défendre est moins présente et prouve de plus en plus que cette équipe de Rethel est prenable.

 

 

Crédit photo: MyFMT

QUARTS | Plus de place aux doutes

Il n’y aura pas de place aux doutes, et l’importance de gagner sera cruciale ! 4 équipes l’ont compris ce samedi et auront pour espoir de rebondir samedi prochain pour provoquer une match d’appui capital le dimanche.

 

Angers, qui s’est sauvé et garde sa place en Elite, avait fort à faire avec un quart de finale contre l’ogre de l’Elite française du Roller Hockey. Et quand on dit pas de place aux doutes, les joueurs de Patrik Sebek n’ont laissé aucune place à l’erreur. Angers n’est pas venu combattre et s’est pris un raz de marrée venu des Ardennes. En 25 minutes de jeu, le résultat était de 4-1 pour Rethel, score relativement correct pour une période contre l’équipe championne du monde. Pourtant, il aura fallu 8 minutes pour débloquer les compteurs. Après ça, ce fut un but presque tous les 5 minutes. La deuxième période fut bien plus compliqué pour les angevins qui encaissent 7 buts, pour voir Léo Gricourt quitter ses cages à 5 minutes de la fin au profit d’Alexis Normand. Une contre performance pour le gardien caennais, qui n’aura pas été à la hauteur de sa saison. Pour l’entraîneur joueur, ça fait mal : « Pas grand chose à dire, Rethel est arrivé en mode playoffs, un rouleau compresseur pendant 50 minutes. De notre côté, beaucoup découvraient l’intensité des playoffs et à ce niveau ça ne pardonne pas. Donner le maximum doit être le minimum pour nous, et nous n’avons pas su répondre présent contre l’armada tchèque. » Rethel était pourtant avec des absents. Ales Chamrad et Jimi Lefranc ne sont pas venus avec l’équipe.

À la Halle des Granges, les Conquérants ont remporté leur match contre les Fous du Bitume, mais avec difficultés. Pourtant en face d’eux, c’était un Villeneuve majoritairement composé de jeunes espoirs. Les absences pour blessure de quelques joueurs n’aident pas, et pour Karl Gabillet, l’équipe ne s’en sort pas si mal que ça. Pour autant, les playoffs restent des matchs à couperet, et le week-end prochain, Caen se déplacera dans la capitale avec déjà un capital d’une victoire. Dans un match marqué par les pénalité de chaque côté, le FDB avait pris les devants à un peu de plus de 10 minutes de la fin du match, avant de voir les caennais revenir quelques minutes plus tard, puis prendre le commandement à 6 minutes de la fin sur un but de l’américain Chris Caldwell parti seul après une récupération de palet dans son camp. Malgré des tirs, l’homme du match peut être aussi Daniel Brabec, tant le gardien tchèque a mis en confiance les siens. Il semblerait que Brabec soit enfin de retour au plus haut de sa gloire.

Au Tremplin Sport Formation à Voiron, où les grenoblois ont pris l’habitude de jouer quand la Halle Clémenceau n’est pas disponible, les Yeti’s accueillaient les Prédateurs dans une revanche de la dernière journée de la saison. Malgré une possession à l’avantage des grenoblois, ce sont bien les vierzonnais qui s’octroient la victoire. Une victoire qui s’est dessinée en toute fin de match. Après un but marqué en première période, la seconde a vu un festival de buts marqués en supériorité numérique. Le match a basculé dans les 5 dernières minutes du match avant que Vierzon, ne s’assure la victoire avec un but en cage vide. Le match 2 devrait être tendu avec des grenoblois qui feront tout pour forcer un match 3.

Anglet et Garges

Les Tigres ont été combatifs, mais ne sont pas parvenus à garder le palet suffisamment longtemps pour dicter le jeu. À ce jeu là, les angloyes ont été meilleurs et on su dicter leur jeu pour inscrire 5 buts et remporter ce match.

 

© crédit photo: Guillaume Munin

Un point statistiques !

TOP3 Meilleures équipes en buts marqués:

  1. Rethel : 156 – 8,67 buts par match
  2. Vierzon : 98 – 5,44 buts par match
  3. Anglet : 90 – 5 buts par match

TOP3 Meilleures équipes en buts encaissés:

  1. Rethel : 45 – 2,50 buts par match
  2. Caen: 62 – 3,44 buts par match
  3. Villeneuve : 63 – 3,50 buts par match

TOP3 équipes en buts encaissés:

  1. PXIII : 139 – 7,72 buts encaissés par match
  2. Epernay : 115 – 6,39 buts encaissés par match
  3. Angers : 86 – 4,78 buts encaissés par match

TOP3 Powerplay:

  1. Rethel : 43,9% de réussite
  2. Anglet : 31,8% de réussite
  3. Garges : 28,6% de réussite

TOP 3 Infériorité numérique:

  1. Vierzon : 83,9% de réussite
  2. Anglet : 80,9% de réussite
  3. Rethel : 80,9% de réussite

TOP5 Pointeurs:

  1. Marek Loskot: 58 points
  2. Patrik Sebek: 51 points
  3. Petr Skoloud: 48 points
  4. Zack Pettersson: 42 points
  5. Karl Gabillet: 41 points

TOP5 Buteurs:

  1. Zack Pettersson: 29 buts
  2. Marek Loskot: 29 buts
  3. Karl Gabillet: 25 buts
  4. Petr Skoloud: 23 buts
  5. Patrik Sebek:23 buts

TOP5 Assistances:

  1. Marek Loskot: 29 assists
  2. Patrik Sebek: 28 assists
  3. Petr Skoloud: 25 assists
  4. Kyle Novak: 23 assists
  5. Karl Gabillet: 16 assists

TOP5 Pénalité:

  1. Enzo Renou: 87 minutes
  2. Christopher Caldwell: 68 minutes
  3. Louis Tran: 66 minutes
  4. Delfino Varela: 56 minutes
  5. Charles Mercier: 40 minutes

L’heure des Playoffs a sonné !

Après 18 journées de championnat, l’heure des premiers comptes a sonné ! Les playoffs tant attendu sont là… La seconde saison est enfin de retour, mais la question que tout le monde se pose aujourd’hui, est, est-ce qu’il y aura des surprises…

Si on regarde du côté de la Nationale 1, des surprises, il y en a eu ! Amiens, ancien pensionnaire de la Ligue Elite, a du s’incliner en match d’appui contre Saint Médard, alors qu’Aubagne a eu raison des Rapaces de Reims en deux matchs. 2 surprises présentes en demi-finales des playoffs N1 et qui joueront leur billet d’accession à la Ligue Elite dès ce week-end !

Retour à l’Elite avec les 4 affiches de ces quarts de finale !

Rethel contre Angers, deux clubs historiques, et deux histoires complètement différentes cette saison. Angers est parti cette année avec pour seul objectif, le maintien. Le contrat est clairement réussi pour les angevins, mais un certain goût d’inachevé reste dans la bouche des joueurs des Hawks. Plus que se maintenir, l’équipe a su accrocher plusieurs matchs contre des équipes du haut de tableau et notamment Rethel. L’équipe d’Angers a du caractère et peut sortir la copie parfaite si les joueurs rethélois s’endorment à Debussy. Pour autant, l’armada tchèque n’a perdu qu’un match, et cela, contre Grenoble (équipe battue par Angers…), mais n’est pas passé loin de perdre contre Angers. Rethel s’est fait peur à quelques reprises cette saison, mais reste clairement l’équipe favorite dans ce quart de finale. Avec les 3 meilleurs pointeurs, en la présence de Marek Loskot, Patrik Sebek et Petr Skoloud, peu de doute sur l’issue de ce quart de finale des Playoffs 2022.

Villeneuve contre Caen… Bien difficile de prédire l’issue de ce quart de finale tellement la fin de saison de ces deux équipes va dans deux directions différentes. Tout le long de la saison, Villeneuve a été fébrile, et a eu du mal à répondre tout le temps présent, mais cette équipe s’est fait plaisir dans la dernière journée en gagnant 3-1 contre Caen, avec une équipe majoritairement composée de jeunes pousses. Karl Gabillet et Alexandre Naud ont répondu présent tout le long de la saison et ont littéralement tiré cette équipe. Pour les Conquérants, la fin de saison leur reste en travers de la gorge. Les hommes d’Anthony Marie ne sont pas redescendus du nuage Carpentier, et malgré une victoire contre Anglet, ils ont enchaîné deux défaites consécutives, alors que leurs opposants directs gagnaient. Résultat des courses, une cinquième place finale alors qu’ils ont passé le plus clair de la saison entre les secondes et troisièmes places du championnat. Sur le papier, Caen a l’équipe pour gagner ce duel, mais potentiellement aussi pour gagner le championnat. Pour ça, il faudra sortir Villeneuve, qui ne laissera rien au hasard.

Vierzon contre Grenoble. Une autre série, où il est dur de faire un pronostic. Vierzon a prouvé toute la saison qu’il fallait compter sur eux. Le départ des frères Novak a été bien vite oublié par la combinaison explosive de Zack Pettersson, Kyle Novak et Baptiste Bouchut. Combiné à la présence du tchèque Jan Vyoral, la première ligne de Vierzon est la plus prolifique après la première ligne de Rethel. Les Prédateurs ont réalisé une très belle saison et n’ont perdu que contre Rethel, Anglet et Villeneuve. Avec 5 victoires consécutives en cette fin de saison, et notamment contre Grenoble, les vierzonnais partent avec un capital confiance important. Pourtant, il ne faut pas sous-estimer les grenoblois. Il est vrai que les Yeti’s ont globalement déçu cette saison, mais l’équipe d’Hugo Rebuffet a été atteint par une multitude de blessures tout au long de la saison. Le retour de Joan Kerkhove en janvier a donné de la fraîcheur au groupe et a permis de mettre les isérois sur un nouveau rail. Est-ce que la dynamique de cette fin de saison continuera dans les playoffs? Première partie de réponse ce samedi.

Anglet contre Garges. Anglet fait office de favori dans ce match-up, mais Garges n’est pas à prendre à la légère. Les franciliens ont fait preuve d’irrégularité tout au long de la saison, mais de quelques moments de folie leur permettant d’accrocher les meilleures équipes. Les Tigres sont une équipe dur à jouer. La combinaison des colombiens à l’aisance de Maxime Langlois, ont montré qu’ils pouvaient gagner. À Anglet, la saison régulière a été bonne, mais la deuxième partie de saison le fut moins d’un points de vue offensif. Avec 52 buts marqués en première partie de saison, les angloyes ont considérablement réduit leur apport offensif avec seulement 34 réalisations soit presque 20 de moins. Ce manque de production offensive a pu leur jouer des tours en fin de saison, malgré un bilan en victoire positif. En playoffs, il sera très important de capitaliser et de s’assurer de mettre toutes les opportunités au fond de la cage !

 

Samedi soir, on aura un premier aperçu de la tendance de ces playoffs, mais comme on a pu le voir en Nationale 1, les surprises arrivent aussi…

J18 | Chamboule tout !

Fin de saison régulière et les carottes sont cuites ! À la suite de la J17, on connaissait déjà les 8 qualifiés pour les playoffs et un quart de finale. Aujourd’hui, on les connait tous et du changement il y en a eu.

 

Dans cette dernière journée, ce sont les Conquérants de Caen qui ont perdu gros. Dans un match serré face à Villeneuve, les caennais se sont inclinés face à une équipe des Fous du Bitume, très jeune, mais toujours menée offensivement par Karl Gabillet et Alexandre Naud. Score serré, 3-1, mais grosse dégringolade pour Caen. Longtemps second du championnat, la dernière partie de saison, n’aura pas été en leur faveur. Ces derniers se retrouvent désormais 5e du championnat.

Dans leur mésaventure, les vierzonnais ont pris l’avantage en remportant leur dernier match de la saison contre Garges.Ces derniers se sont battus mais n’ont pu mieux faire que 5 buts. Côté Vierzon, Zack Pettersson inscrit 5 points et un quadruplé, alors que l’arrière tchèque Jan Vyoral inscrit un coup du chapeau. Cette victoire permet aux Prédateurs de finir à la 3e position au championnat. Une place incroyable pour un club arrivé il y a peu en Elite. Une histoire qui se rapproche un peu de celle des Tigres de Garges.

Paris s’inclinent lourdement face à Grenoble. Les parisiens ne partiront pas de l’Elite avec une belle fin, bien au contraire. Venu avec 7 joueurs de champ, les parisiens n’ont rien pu faire face à des Yeti’s, qui tout doucement, retrouve leur rythme de croisière. Dans cette victoire à sens unique, on notera que Lucas Lascoux inscrit le premier coup du chapeau de sa carrière en Elite. En 20 matchs joués au plus haut-niveau, il inscrit son 6e, 7e et 8e but.

À Angers, les Bombardiers se sont vengés en allant gagner ce match face aux Hawks. Avec un tournant de saison différent, ce match aurait pu être un match final avec la 8e place en ligne de mire. Pourtant, les hommes de Charly Hallard n’ont rien laissé au hasard en s’assurant de leur qualification aux playoffs dès la J17. Dans un match, où il n’y avait plus de pression, les sparnaciens se sont offerts Angers en étant complètement libéré. Une victoire qui arrive en plus sans la présence de renfort.

Le clou du spectacle de cette journée, c’était Rethel contre Anglet. Dernier match de la saison régulière, ces deux équipes pourraient se retrouver en finale de la Ligue Elite. Pourtant, Anglet n’a pas su être à la hauteur de ce match et s’incline lourdement contre Rethel, qui se rassure juste avant les playoffs. Dans le doute depuis la victoire de Grenoble et l’opposition de Caen en Coupe de France, Rethel a tout donné face à Anglet. Rien n’a été laissé au doute.

 

Le classement au haut se voit complètement chamboulé. Vierzon passe 3, Villeneuve 4e, et Caen tombe à la 5e place. On doit se le dire, mais malgré la domination de Rethel et la dernière place de PXIII, qui est loin d’avoir démérité, cette saison aura été passionnante.

 

© crédit photo: Philippe Durbet