Étiquette : Paris XIII

Un vent d’espoir à Paris !

Les Corsaires sont allés gagner une victoire clé contre Garges à domicile devant leur public. Une victoire qui permet au collectif parisien de revenir à 1 point d’Epernay.

La saison 2019/2020 est de loin la plus décevante que le club parisien ait connu. Après avoir trusté le haut du milieu de tableau de 2012 à 2014, le club a connu une lente descente de 2015 à 2018, avant un regain de forme l’an dernier, avec l’addition des frères Cabalin et de Hugo Vitou.

Si Hugo Vitou est resté et a pris les reines de cette équipe, la saison a pour le moment était une suite de déception à l’image d’un mercato faible en comparaison aux concurrents.

Avec une seule victoire contre Angers, lanterne rouge cette année, la victoire arrive à point nommer pour finir la saison sur une note positive.

« Paris n’est pas encore fini…, nous dit Hugo, il nous reste encore quelques matchs, et on est à 1 seul point d’Epernay. Il nous fallait un déclic, et je pense que la lourde défaite à Rethel, nous a aidés. Depuis, les entraînements sont de mieux en mieux. »

Blessé pendant 3 semaines, l’international français a du être contraint de renoncer au stage EDF à Voiron de décembre. Pour autant, il n’a pas abandonné son équipe.

« Je ne les ai pas laissés. J’étais là aux entraînements et aux matchs. Les gars se sont donnés à fond pendant ma convalescence. Je sens que l’équipe est différente. »

 

Si le match a été compliqué et légèrement haché, les parisiens sortent victorieux d’un match complet. En encaissant seulement 2 buts, c’est la première fois qu’ils réalisent un tel fait depuis novembre 2018. Que ce soit défensif ou un Barbé au meilleur de sa forme, tous les joueurs ont montré leur meilleur visage et prouve que Paris n’est pas si perdu que ça…

« Que ce soit la défense ou bien Florian, on a tous bien joué. On a pris la décision de jouer à deux lignes. Florian est resté dans son match et les deux buts qu’il prend sont pour nous, explique Hugo. Le premier arrive en supériorité sur une faute que je commets… Le second, il est masqué… On le met par deux fois dans des situations délicates. Il a fait son game et on est fier de lui. »

C’est bien la 2e victoire de la saison pour Paris. Cette fois-ci, elle vient contre une équipe devant au classement, mais sans doute plus accessible à prendre que les premiers.

« Au-dessus de Garges, on sait que c’est compliqué, donc pour nous, c’était un match qu’on se devait de gagner. Après, à chaque match on vient en pensant à gagner et ce peu importe l’équipe. Tout le monde avait la même optique et on savait qu’on était deux équipes de mêmes profils. On l’a presque pris comme une pizza-cup, l’objectif est d’en mettre plus que l’autre et on a réussi. »

Avec ce petit point d’écart face à Epernay, la fin de saison s’enflamme presque avec à la clé une 8e place synonyme de maintien.  Paris enchaînera 5 matchs avec Epernay dès la 14e journée, le 7 mars. Un match, qui aura bien évidemment des allures de barrage… Les Corsaires continueront avec Villeneuve, Vierzon, Angers et Anglet, alors qu’Epernay sera aussi opposé à Angers, mais aussi Garges…

« L’objectif est le maintien… Le mot barrage a fait son apparition dans le vestiaire, mais il reste encore quelques matchs. On y pense, mais c’est une source de motivation parce qu’on veut l’éviter…, finit par expliquer Hugo. »

Une fin de saison palpitante !

3 questions avec…Mathieu Bertin !

Quand on parle de joueurs en Équipe Nationale, en France, on peut se targuer d’en voir évoluer pas mal. Tous les joueurs de l’Équipe de France jouent dans l’hexagone, et la grande majorité de l’Équipe de République Tchèque évolue aussi dans la Ligue Elite. 

Depuis cette année, les Diables de Rethel comptent l’Italien Tobia Vendrame, et les Corsaires de Paris XIII accueillent dans leurs rangs, les deux frères Cabalin Manresa, tout deux en Équipe d’Espagne. Ça fait quand même du beau monde !

Mais à Paris se cache un autre joueur faisant parti d’une équipe nationale ! Et oui, c’est Mathieu Bertin. Mais avec ce nom un peu franchouillard, vous allez nous dire, mais dans quelle équipe nationale il évolue ? Pour les Championnats du Monde 2018, qui avait lieu à Asiago et Roana cette année, Mathieu a fait partie de l’effectif d’un pays qui participait à son premier mondial… L’Irlande !

Du coup, on est allé à la rencontre de l’irlandais volant de Paris XIII , comment tu es arrivé en Elite avec les Corsaires ?

MB: Après quelques années en glace en tant que gardien, je me suis mis au roller assez tard, à l’âge de 17 ans, au Chatenay Hockey Club en N3. Et ça m’a vraiment plu !
Après 2 ou 3 saisons, j’ai été en contact avec Lionel, qui déjà à l’époque avait les rennes de l’équipe première ici.
J’ai décroché une école de commerce à Paris, et c’était tout naturel de choisir les Corsaires pour jouer au meilleur niveau. 
Ça fait maintenant 12 ans (merde, déjà!?) que je suis au club.

Peu de gens le savent (c’est aussi le but de cette minie interview.) mais tu es aussi en Équipe Nationale ! Comment ça s’est fait ?

MB: Lors d’un tournoi amical organisé en Irlande, il y a quelques années, j’avais entendu parler d’un projet de monter une équipe nationale. Et comme j’ai la double nationalité, je me suis dit pourquoi pas ! Et puis c’est un peu tombé à l’eau… Et j’en ai plus entendu parler pendant plusieurs saisons. 
En novembre dernier, j’ai reçu un mail sorti de nulle part me disant que l’Irlande souhaitait envoyer une équipe à Asiago cet été. Et après un rapide aller/retour pour rencontrer le groupe et le staff, j’ai confirmé ma présence pour Juillet. Et ça m’a vraiment bien plu !

Du coup l’expérience d’un mondial, c’est comment ? Tu l’as vécu comment?

MB: C’était top.
L’ambiance dans notre groupe, les infrastructures, rencontrer des gars qui ont la même passion que toi aux 4 coins du monde, le niveau de certains matchs auxquels j’ai assisté…
En plus quand tu joues ça à 32 ans pour une première de l’Irlande dans cette compétition, ça se fait sans pression. C’était très cool.
Le staff, James Glover en tête, étaient hyper bien organisés.
Le groupe très jeune, a découvert le haut niveau (même si on ne jouait pas les grandes nations), et malheureusement, on termine loin dans le classement avec une seule petite victoire contre le Mexique. Déçu sur le coup, mais plutôt hâte de recommencer et de faire mieux en juillet prochain à Barcelone !

 

Alexandre Pamart - Paris by Myriam LePrince

Alexandre Pamart des Corsaires de Paris en interview

Après Renaud Crignier la semaine dernière et Lambert Hamon ce vendredi, on revient sur la saison 2016/2017 de la Ligue Élite avec Alexandre Pamart. L’ancien joueur des Corsaires de Paris analyse pour nous, le parcours de son ex-équipe. Lui qui vient de signer pour la saison prochaine avec les Fous du Bitume de Villeneuve, récent promu en Ligue Élite.

Alexandre Pamart - Paris by Myriam LePrince

Alexandre Pamart : « Villeneuve va m’aider à progresser encore »

Bonjour Alex, Paris 13 s’est fait éliminer en 1/4 par Grenoble. Comment s’est déroulée cette série ? Grenoble était-il trop fort ? 

Alexandre Pamart: Nous étions plutôt bien partis, mais étant donné qu’à plusieurs reprises, comme au cours de la saison, nous nous sommes fait remonter dans les dernières minutes du match, alors que nous avions une certaine avance, on perd au final en prolongations lors du match 1. Concernant le match 2, cela s’est passé différemment. Grenoble a vite pris le dessus et nous n’étions pas en place défensivement. Ils ont ainsi rapidement mis leur jeu en place et nous avons été débordés. C’est dommage, car l’équipe de Grenoble n’était pas imbattable, nous n’avons simplement pas été présents au bon moment et nous l’avons payé cher.

 

Globalement comment juges-tu la saison de Paris ? 

Alexandre Pamart: Notre saison n’a pas été mauvaise globalement. Nous avons eu des périodes creuses et on a perdu beaucoup de points en cours de route. Nous étions à notre place en fin de saison régulière et dans l’ensemble, je suis satisfait de nos performances.

 

Et comment tu juges ta saison d’un point de vue personnel ? On a l’impression que tu élèves ton niveau d’année en année. 

Alexandre Pamart: Je suis assez satisfait de ma saison. En effet, le fait de mettre mis moins de pression et d’avoir eu beaucoup plus de temps de jeu, m’ont permis contribué à passer un cap cette saison. Mon objectif pour la saison prochaine est de continuer à travailler dur et de tout donner pour progresser encore et encore !

 

 Alexandre Pamart : « Avec Villeneuve, on veut viser le haut de tableau »

 

Qu’est ce que tu as pensé cette année du niveau de la Ligue Élite et quelles équipes t’ont le plus impressionné ? 

Alexandre Pamart: Le niveau de la Ligue Élite a été excellent cette année. Néanmoins, je trouve qu’il a régressé un peu, il était meilleur il y a deux ou trois ans. Par ailleurs, il est dommage qu’il n’y ait pas plus de relève de la part de notre jeunesse au sein de cette Ligue. J’espère que tout cela s’améliorera avec le temps. Aucune équipe ne m’a impressionné plus qu’une autre, le niveau était homogène et toutes les équipes avaient pratiquement leur chance de gagner.

Enfin, tu viens de signer à Villeneuve l’an prochain. Pourquoi ce choix et quels sont tes objectifs là-bas ? 

Alexandre Pamart: Pour la saison prochaine, j’ai décidé d’intégrer l’équipe de Villeneuve pour plusieurs raisons. Tout d’abord, en pleine jeunesse, l’envie de changement et de voir autre chose et le fait de connaître tous les joueurs et Frédéric Corbeil est aussi un gros plus. Ce sera une équipe sympa et dynamique et le fait que ce soit Guillaume Silliès qui prenne les reines du club me convient tout à fait. En effet, il a été mon entraîneur à Paris 13 durant plusieurs saisons, je connais et j’apprécie sa façon de travailler et de voir les choses. D’autre part, cette équipe m’aidera à apprendre et à progresser encore. De mon côté, je pourrais leur apporter mon expérience. Étant donné que Villeneuve remonte en Elite, l’objectif sera bien entendu de prouver qu’elle a sa place et donc de tout donner pour aller chercher le haut du tableau.

Merci Alex et très bon été à toi !!

Crédits Photos: Myriam Leprince

 

14e journée Elite : Grenoble prend la troisième place

Alors que Rethel a trébuché à Caen, Grenoble a profité d’une belle victoire à domicile contre Garges pour prendre la troisième place de la Ligue. A 4 journées de la fin de la saison régulière, il s’agit désormais de prendre rapidement les meilleures places pour les playoffs… ou d’assurer au plus vite le maintien.

> Consulter le classement de la Ligue Elite

Grenoble s’impose contre Garges
et gagne une précieuse place

Les Isérois réalisent la bonne affaire du week-end. En battant Garges 7-3, les hommes de Thibaut Nier se sont assurés trois précieux points qui leur permettent de prendre la troisième place. Les Yeti’s sont désormais derrière Angers et Rethel, suivis de près par Garges et Caen. Pour aborder les playoffs de la manière la plus favorable possible, il faudra donc garder le même rythme. Il faut dire qu’avec trois buts inscrits dans les 7 premières minutes du match contre Garges (Joan Kerckhove et un doublé de Lambert Hamon), les Grenoblois se sont montrés sérieux et appliqués… comme contre Angers au début du mois.

> Les photos du match par Philippe Durbet

Devant eux, Angers et Rethel caracolent en tête. Avec 12 points d’avance, les Hawks sont presque intouchables et viennent de battre Aubagne 9-3. Rethel marque un faux pas en s’inclinant à Caen 7-6 : et cela profite surtout aux Conquérants, à qui la victoire permet de rattraper Garges au compte de points. Avec seulement deux points d’écart entre Grenoble, Garges et Caen, la lutte pour la troisième place s’annonce toujours aussi rude…

Paris, toujours à la sixième place, laisse aussi l’écart se creuser avec les cinquièmes. Les Corsaires sont revenus de Bordeaux avec un point, et en ont laissé deux aux Lions. Les Bordelais, vainqueurs aux tirs au but, ont glané deux points ce week-end mais doivent encore donner un coup de collier pour accrocher les play-offs.

Pour Amiens et Epernay, les choses sont toujours compliquées : Amiens a gagné la confrontation 8-4 contre les Bombardiers, mais il faudra encore plus pour prendre leur place au classement et sauver la saison.

Les résultats de la 14e journée

  • Grenoble – Garges 7-3,
  • Caen – Rethel 7-6,
  • Epernay – Amiens 4-8,
  • Aubagne – Angers 3-9,
  • Bordeaux – Paris XIII 4-3 (ap, tab 1-0).

Zoom sur le classement, partie 1 : Angers navigue en tête

Ce week-end, c’est relâche pour la Ligue Elite. L’occasion, après six journées de championnat et au tiers de la saison régulière, de faire un premier bilan équipe par équipe. Et de voir les premières surprises. Zoom sur les cinq premières équipes du classement !

angers-caen-photo-claire-tournet

Angers prend la tête avec six victoires

Les Hawks d’Angers peuvent se féliciter de leur recrutement à l’intersaison. Les Angevins ont pris la tête de l’Elite et font carton plein : six matchs, six victoires. Jamais vraiment en danger, les Hawks se sont défaits des voisins de Caen 3-1 à la sixième journée, passant là l’un des écueils de ce début de saison. Prochains défis contre Paris le 19 novembre et contre Rethel, l’actuel dauphin, le 26 novembre.

Rethel, dauphin des Hawks

Les champions en titre auraient pu disputer la première place aux Hawks… mais se sont inclinés contre les Lions à Bordeaux. De quoi donner un coup de fouet aux Diables, champions en titre : Rethel possède la meilleure attaque du championnat avec 39 buts inscrits. Tout juste vainqueurs de Garges 3-2, les Diables accueilleront Amiens la semaine prochaine, avant un déplacement au sommet chez les Hawks le 26 novembre.

taylor-kane-rethel-photo-denis-black-ghost

Paris XIII sur la troisième marche du classement

Les Corsaires s’accrochent bien aux leaders. Avec trois victoires dans le temps réglementaire et une troisième aux tirs au but contre Bordeaux, les Parisiens ont engrangé les points. Suffisamment pour suivre Angers et Rethel, à quatre longueurs des Diables. Mais pas encore assez pour prendre le large sur le poursuivant Bordeaux (une longueur d’avance). Autant dire qu’il va falloir batailler pour les prochaines rencontres : Angers le 19 novembre, et Caen le 26 novembre.

Bordeaux prend vite le rythme

Très attendus pour ce retour en Ligue Elite, les Lions ont joué l’exploit. Et tiennent, eux aussi, leurs trois victoires… et un point attrapé en allant chercher une prolongation contre Paris XIII. Avec dix points au compteur, les Bordelais réussissent plutôt bien leur début de saison : victorieux contre Epernay et Aubagne, ils se sont même offert Rethel à la maison. Il leur reste 12 matchs de saison régulière à poursuivre sur le même rythme pour assurer leur maintien. Les promus rencontrent Garges le samedi 19 novembre, et se déplacent à Amiens le 26 novembre.

… Et Caen s’y met très bien aussi !

Tout aussi efficaces (trois victoires, deux défaites, une défaite en prolongation), les Conquérants de Caen ont bien pris leurs marques. Le recrutement paie. Et les Caennais, actuellement à la cinquième place de la Ligue avec 10 points comme les Bordelais, ont déjà fait quelques coups en battant Amiens 7-6 ou en allant chercher la prolongation contre Garges. Le 19 novembre, Caen accueille Epernay, avant de se déplacer à Paris le 26 novembre.

A lire : le zoom sur la deuxième partie du classement. 

angers-caen-photo-claire-tournet

Suivez la finale de la Ligue Elite en live

Rendez-vous ce midi pour la finale de la Ligue Elite : vainqueurs 6-4 au match aller, les Parisiens ont retrouvé Rethel dans les Ardennes hier soir. Et après une victoire 7-1 des Diables, les compteurs sont remis à zéro : pour décrocher le titre, deux victoires sinon rien. Rendez-vous donc en match d’appui !


LIGUE ELITE – FFRS – Bande Annonce Finale… par FFRoller

Les pages Facebook à suivre pour des infos, images de matchs et photos :

Vous prévoyez de partager l’événement depuis chez vous ? Envoyez-nous vos photos et vos réactions sur Facebook, sur Twitter ou sur Instagram avec #ChampionElite2016, nous les relaierons !

Paris XIII - Rethel - photo Denis BlackGhost

Finale Elite : samedi, ici ce sera Paris

Après avoir gagné contre Angers à domicile et malgré la défaite au match retour, les Parisiens de Guillaume Silliès se sont qualifiés en finale Elite aux dépens des Hawks, en match d’appui il y a dix jours. Un scénario extraordinaire pour les Corsaires, qui avaient déjà livré une belle bataille en éliminant Garges en quarts de finale.

Et pourtant… rares sont ceux qui auraient pu présager d’un tel final pour les Parisiens, qui semblaient en difficulté au début de la saison. Samedi, ils recevront Rethel pour le match aller de la finale Elite. En attendant cette échéance, le coach Guillaume Silliès répond à quelques questions.

Paris XIII - Rethel - photo Denis BlackGhost

LigueElite : Aller chercher la qualification au match d’appui, c’est un scénario incroyable après la défaite 6-1 la veille. Qu’est-ce qui vous a fait gagner ce match selon toi ?

« Concernant la défaite 6-1 , le score ne reflète pas la physionomie du match. A 1-1 , ils marquent à 4 reprises en supériorité (7 pénalités à une). Nous aurions dû éviter ces pénalités pour ne pas nous mettre dans la difficulté.

Notre capitaine Edouard Clisson a fait un job incroyable pour remobiliser les gars en vue du match d’appui avec le résultat que l’on connaît. Et cela, malgré les pertes de joueurs la veille sur blessures (Palma, Dellagasperra). Pour le match d’appui, très physique, ces joueurs ont été superbement suppléés par Alex Pamart et le vétéran local Julien Clisson qui se sont vu offrir plus de temps de jeu. Nos défenses ont fait un job incroyable et notre gardien est dans une belle forme. »

LigueElite : Depuis quelques mois, Paris XIII est sur une excellente dynamique : qu’est-ce qui a fait la différence par rapport au début de la saison ?

« La vision extérieure nous dit que nous avons changé depuis janvier… Ce n’est pas  totalement exact, mais pas faux non plus 😄.

Sur le début de saison nous avions fait le choix de produire du jeu, et nous étions plutôt bien , mais les résultats ne plaidaient pas en notre faveur . Nos matchs contre Angers, Garges, Grenoble et Rethel lors de la phase aller furent de bonne facture, mais sans résultat. Il a donc fallu modifier notre façon de jouer, quitte à être moins « beaux », mais que cela nous permette d’engranger des points et de la confiance.

Plusieurs joueurs se sont affirmés comme leaders naturels et pris leurs responsabilités, sur le terrain et en dehors. Cela permet au groupe de bien vivre ensemble et d’être uni et focalisé vers un même objectif. »

Paris XIII - Rethel - photo Denis BlackGhost

LigueElite : On le dit souvent : une finale, ça se gagne. Mais comment tu envisages ces retrouvailles avec Rethel, qui a souvent semblé au-dessus du lot cette saison ?

« La finale, on va la jouer. Tenter de prendre du plaisir en performant. Et tout mettre en œuvre pour la gagner.
Bien entendu Rethel est une grosse écurie, qui est sur une autre dimension sportive , structurelle et financière que nous. C’est un favori en puissance qu’il est compliqué de bousculer tant ils sont forts dans les moments clés des matchs et tant ils exploitent les moindres erreurs ou passages à vide de leurs adversaires.

La demi-finale laisse des traces physiques et des joueurs vont nous manquer, mais nous saurons nous adapter et faire avec nos forces et nos valeurs. Nul doute que le spectacle sera au rendez vous pour le public parisien et rethelois ! Et je glisse un free hug a coach Barbiche, et Duduss, Bertignac et Lopo, qui font grave partie du groupe. »

TEASER FINALE CHAMPIONNAT DE FRANCE ELITE ROLLER HOCKEY from Kevin Fafournoux on Vimeo.

Angers Paris XIII - Photo Claire Tournet

Finale Elite : Paris rattrapé… mais Paris qualifié !

La semaine dernière, la victoire à domicile avait permis aux Corsaires de prendre une avance sur Angers en demi-finale Elite. Avantage perdu au match retour, puisque les Angevins se sont à leur tour imposés. Du coup, c’est en match d’appui que tout s’est joué pour les deux équipes. Avec au bout du match, une victoire des Corsaires, synonyme de finale pour Paris XIII. 

Angers Paris XIII - Photo Claire Tournet

Angers acculé, Paris libéré

Il faut dire qu’en une semaine, les supporters des deux équipes sont probablement passés par toutes les émotions. Paris est allé chercher une victoire surprenante 4-2 au match aller de la demi-finale, après avoir sorti Garges de la compétition en quart de finale samedi dernier. A la maison pour le match retour, les Angevins se sont montrés les plus solides hier et ont poussé leurs adversaires dans leurs retranchements : victoire des Hawks sur un plus large 6-1. Du côté d’Angers, Jean-François Ladonne, Charly Hallard et les deux Tijou faisaient parler l’expérience, tandis que Baptiste Bouchut y allait d’un doublé. Du côté de Paris, seul Denis Della Gaspera trouvait la faille.

Le score semblait plus logique au vu des résultats des deux équipes tout au long de la saison. Mais en playoffs, c’est un tout autre championnat qui commence, et les Parisiens l’avaient déjà démontré. Si bien qu’en match d’appui aujourd’hui, il a fallu de nouveau compter sur des Corsaires remontés. A la fin de la première mi-temps, ils menaient 3-0 et Kevin Beziau, le Parisien en forme des playoffs, inscrivait deux buts en un peu plus d’une minute. La deuxième mi-temps était angevine (Jonathan Ostre 1-3, Jean-François Ladonne 2-3). Mais pas assez pour renverser le cours du jeu : le coup de sifflet final voyait une deuxième victoire des Parisiens sur la série. Et une qualification pour la finale de la Ligue Elite… où ils retrouveront Rethel.

Roman De Preval - Amiens Rethel - photo Myriam Leprince

Demi-finale retour : deux victoires sinon rien !

On prend les mêmes… et on recommence. Ce soir, les compteurs sont remis à zéro pour la demi-finale retour du championnat Elite. A zéro, ou presque : Paris XIII se déplace à Angers avec l’avantage d’une victoire au match aller, tandis qu’Amiens va défier Rethel après avoir tenu jusqu’aux tirs de pénalité la semaine dernière.

Roman De Preval - Amiens Rethel - photo Myriam Leprince

Dimanche, ce sera match d’appui… peut-être !

Chez eux, les Corsaires de Paris XIII ont fait fort la semaine dernière. Après avoir battu Garges 6-5 chez les Tigres, les hommes de Guillaume Silliès se sont imposés 4-2 contre Angers, pourtant favori sur le papier. Il faut dire que depuis janvier, les Parisiens réussissent à attraper des points là on ne les attend pas forcément.

Ce soir à Angers, il n’y aura pas de place pour les calculs : une victoire de Paris XIII leur assure une place en finale, tandis qu’une défaite donnerait une nouvelle chance aux Angevins en match d’appui ce dimanche. Pour aller en finale, c’est deux victoires sinon rien !

A Amiens, les Diables de Rethel ont dû batailler jusqu’aux tirs de pénalité. 4-4 à la fin du temps réglementaire, et aucun but pour départager les joueurs en prolongation : c’est finalement Patrik Sebek qui a trouvé la faille sur Roman De Preval. Du coup, les Diables sont repartis d’Amiens avec leur première victoire : ce soir, un deuxième succès leur ouvrirait les portes d’une nouvelle finale. A moins que les Picards ne les mettent une nouvelle fois en difficulté et les poussent au match d’appui…

Rethel Amiens playoffs - photo Myriam Leprince

Rethel Amiens - photo Denis BlackGhost

Playoffs, épisode 2 : place aux demis !

Ce soir, c’est le premier acte des demi-finales du championnat Elite. Vainqueurs la semaine dernière contre Garges, les Corsaires de Paris XIII accueillent Angers.  Du côté d’Amiens, les Ecureuils qui viennent de passer l’écueil grenoblois joueront contre Rethel.

Angers Paris XIII - Photo Claire Tournet

Deux… ou trois matchs ?

Paris XIII va ouvrir sa série de matchs contre Angers à domicile. La semaine prochaine, ce sont les Hawks – mieux classés à l’issue de la saison régulière puisqu’ils avaient accroché la deuxième place – qui accueilleront les Corsaires. Il faudra deux victoires pour décrocher un ticket en finale : en cas d’égalité, un match d’appui sera à prévoir chez les Hawks. En saison régulière, les Corsaires se sont inclinés à deux reprises contre Angers… mais ont bien prouvé, la semaine dernière contre Garges, que les compteurs étaient remis à zéro en playoffs. Première réponse ce soir donc !

Le scénario sera le même pour Amiens contre Rethel : deux matchs au programme, et un troisième match d’appui si nécessaire. Et là aussi, les statistiques sont en faveur des Rethelois : premiers à l’issue de la saison régulière avec 7 points d’avance sur leur dauphin, deux victoires sur Amiens en novembre puis en février (11-8 et 11-3). Reste qu’à domicile, les Ecureuils ont prouvé qu’ils avaient des atouts… et, invaincus depuis mars, peuvent compter sur une bonne dynamique ! Deuxième réponse ce soir aussi.

Rethel Amiens - photo Denis BlackGhost